20 Octobre 2014

Communique de presse 03/2009

CALIPSO met en route son laser de secours

Une mission spatiale LIDAR développée par le CNES et la [no-lexicon]NASA [/no-lexicon]a opéré avec succès le remplacement de son laser principal par son laser de secours, garantissant ainsi la continuité des données permettant aux scientifiques de mieux appréhender et comprendre les rôles complexes des nuages et des aérosols et leur incidence sur le climat de notre planète.
L'extension des données aidera à définir un modèle des variations annuelles de la couverture nuageuse et de la distribution des couches de poussière à haute altitude jusqu'alors difficiles à prédire dans les modèles climatiques.

La mission CALIPSO (Cloud-Aerosol Lidar and Infrared Pathfinder Satellite Observation) continue donc avec son laser redondant, qui avait été conçu en cas d'éventuel problème avec le laser principal. Une fuite lente de pression dans le container renfermant le laser principal, dont l'équipe CALIPSO était consciente depuis le lancement, a rendu ce changement nécessaire. Le laser de secours, qui se tenait près depuis maintenant près de 3 ans, a renvoyé sa première image le 12 mars. L'instrument est maintenant opérationnel et subit une vérification de sa calibration. La diffusion des produits standards de CALIPSO devrait reprendre fin avril. Les données collectées depuis la mi-mars vont être traitées et finalement la période d'absence de données devrait ainsi être limitée à environ 10 jours début mars.

CALIPSO réalise des mesures uniques de profil vertical des nuages et des aérosols. Les aérosols sont ces particules en suspension issues des incendies, des activités industrielles et des processus naturels. L'instrument LIDAR embarqué sur CALIPSO mesure l'altitude et l'épaisseur des couches d'aérosols et de nuages dans l'atmosphère. Il mesure aussi la taille des particules, leur caractère sphérique ou non et détermine si elles sont composées d'eau ou de glace. Les observations de CALIPSO sont aussi un complément aux données collectées par 4 autres satellites de la constellation appelée A-Train, ce qui fournit une vision globale et jusqu'alors non égalée de la chimie atmosphérique et de la composition de l'atmosphère. Ces données sont collectées par chaque satellite à huit minutes d'intervalle, sur la même trace au sol. Opérationnel depuis juin 2006, le laser principal de CALIPSO a généré plus d'1,6 milliard d'impulsions laser et amassé 20 térabits de données utilisées par les scientifiques du monde entier. Plus important encore, les données offrent aux scientifiques un nouvel aperçu des processus régissant la formation et la dispersion des aérosols, la formation et la dissipation des nuages ainsi que la façon dont nuages et aérosols interagissent.

L'équipe CALIPSO était consciente avant même le lancement que le container renfermant le laser principal faisait l'objet d'une fuite lente. La décision de maintenir le lancement a été prise car on s'attendait à ce que le laser principal puisse tout de même mener à bien sa mission de trois ans. Dans le cas contraire, on recourrait au laser de secours. En début d'année, le laser principal a commencé à avoir un comportement instable lié à la fuite de pression. Il a été décidé suite à une enquête que la meilleure solution était la mise en service du laser de secours.

"Nous avons conçu le système avec la capacité de changer de laser," explique Chip Trepte, chef du projet CALIPSO au centre de recherche NASA de Langley. Trepte a comparé ce second laser à la lampe de poche de secours qu'emmènerait un campeur partant pour un long séjour. Très peu de lasers du type de celui utilisé pour CALIPSO ont été envoyés dans l'espace avant celui-ci. Et ses performances dans un environnement spatial hostile étaient inconnues. Le laser de secours a finalement fournit l'assurance que la mission pourrait être menée à bien.

"La bonne nouvelle est que nous avons mis en route un laser qui n'a pas été utilisé depuis trois ans, et qu'il fonctionne aussi bien que le laser principal au début de sa mission." explique Trepte. "La pression dans le container du laser de secours est assez élevée, et il devrait pouvoir fonctionner pendant de nombreuses années."

Tout au long de la mission CALIPSO, le CNES et la NASA ont travaillé en étroite collaboration, du développement de la mission, à la construction de la plateforme du satellite et l'intégration de la charge utile jusqu'au contrôle de l'instrument et au traitement de ses données de qualité.

"Bien que nous soyons de chaque côté de l'Atlantique, nous travaillons comme une seule équipe intégrée NASA-CNES" nous confie Nadège Quéruel, responsable des opérations CALIPSO au CNES.

La mission CALIPSO est un projet commun réalisé par le CNES et la NASA. L'instrument LIDAR a été développé par la NASA et Ball Aerospace ; tandis que le CNES et Thalès Alenia Space ont construit la plateforme satellite [no-lexicon]Proteus[/no-lexicon].